La Vie ou la Mort ?

L’Arctique est ma Terre d’origine… Je m’y ressource en voyage chamanique…Mes ancêtres Yupiks m’accueillent et nous regardent en se demandant jusqu’où nous irons. Le message est clair, la Nature nous l’enseigne :

VIE = coopération + synergie

MORT = avidité + cupidité

Chaque matin, un choix nous appartient !

CHAMANALLIANCE   NADJEJDA

Cache-cache party sur le chemin de ma vie,

Habitante d’un corps limité, un défi.

Aux aguets, j’attends Salvator Mundi,

Mon billet de retour, âmes en paix me voici.

Anamorphoses, prismes, regards inversés,

Nul ne saurait me voir car je sais me cacher.

Analogies, antithèses, mystères voilés,

Libérée par le cœur, mes Esprits m’ont trouvée.

Louve, je marche dans mon paysage arctique,

Invisibles dans la neige, mes pas en terre Yupik.

Apprivoisées, sages forces telluriques,

Ne pas me sentir seule mais doucement unique.

Chemin disparu, nul but à atteindre,

Esprits, vous êtes là, je vois le jour poindre.

Ne te tais pas tambour, ton son ne peut s’éteindre,

À l’aurore, une danse d’Alliés vient m’étreindre.

Dansez mes Esprits, mon chant vous accompagne,

Je voyage, je vole au-dessus des montagnes,

Éperdument libre, c’est ma paix que je gagne.

Je suis docile et de vos dons, reconnaissante,

De l’humilité à la prière puissante,

À présent, je le crie « Seule la Vie me hante ».

Nadjejda Tretiakoff.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Famille d’accueil et adoption…

Voilà plus d’un quart de siècle que, oreilles attentives et cœur présent, je reçois les témoignages d’enfance triste, maltraitée, ignorée, bafouée et tout ceci dans une ambiance de culpabilité de la part de femmes et d’hommes, autant dire d’enfants dans des corps de grands. Ils auraient tout donné pour remonter le temps et goûter la joie simple d’une famille aimante…

Dans le dictionnaire historique d’Alain REY voici le mot « famille » : du latin classique familia dérivé de famulus « serviteur ». Étymologiquement c’est l’ensemble des esclaves attachés à la maison du maître puis tous ceux qui vivent sous le même toit et sur qui règne l’autorité du pater familias, le chef de la familia.

Plus tard « famille » s’est imposé en français en désignant les personnes vivant sous le même toit et les domestiques seuls ; une féodalité : ceux qu’unit un lien de vassalité à un seigneur.

Chacun d’entre nous, relié à l’inconscient collectif depuis toujours, connait l’origine des mots et la symbolique portée par la vibration de la musique des mots. Chacun d’entre nous entend le mot « famille » comme l’expression d’un asservissement.

Si je poursuis mon propos, le mot « adopter » vient du latin adoptare : ad ajouter à, vers et optare choisir, choisir pour soi de manière durable.

Au sens premier « adopter » se disait pour recueillir dans sa famille, sans formalités ni conséquences juridiques.

Alors je me demande si nous ne nous trompons pas de direction lorsque c’est à l’enfant de trouver sa place dans la famille. La thérapie orientée ainsi se heurte à une évidence, très claire selon moi. C’est à l’enfant de décider s’il souhaite adopter ceux qui se présentent comme ses parents !

« Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous mais non de vous. Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas. Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées, car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes, car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves… » Khalil Gibran.

Nos âmes choisissent un homme et une femme pour s’incarner et parcourir le chemin de la Vie. Cette femme et cet homme ne sont qu’une famille d’accueil, un commencement. S’ils mettent du cœur à l’ouvrage, car il en faut beaucoup, ils apprendront petit à petit à devenir parents, et c’est une œuvre délicate, fragile et incertaine nécessitant abnégation et don de soi.

Seul l’enfant ressent ce qui vient du cœur et reçoit en retour son amour. Seul l’enfant sent s’il désire adopter ses parents.

« Respecter ses enfants en tant qu’individus séparés, capables de prendre des décisions sur leur vie, voilà le pas le plus difficile à accomplir pour des parents. Certains n’y parviennent jamais » Jean Davies Okimoto.

Pourquoi ? « L’instinct de domination est inhérent à l’être humain. Dans notre vie quotidienne, nous sommes tous dominants ou dominés, et, le plus souvent, tantôt l’un tantôt l’autre selon les partenaires, les circonstances, les lieux… Et chacun, quand il entend être dominant, a ses arguments brutaux, raisonnés ou sournois afin d’imposer ses vues. Avec en plus, souvent, une certaine dose de bonne conscience : s’il agit ainsi, c’est pour le bien de l’autre, ou le fonctionnement impeccable de la maison. Où finit l’exercice légitime de l’autorité, la démarche raisonnable pour obtenir ce que l’on désire ? Où et sous quelles formes commence l’abus de pouvoir pour parvenir à ses fins ? L’enfant est le carnet de notes des parents qui tous aspirent à avoir 20/20. Pour cela, certains imposent leur propre idéal de perfection » Judith Viorst.

À l’origine du mot « autorité » il y a la musique de « confiance » et « sécurité ». Un enfant reçoit l’autorité de celui que se propose comme parent si elle est accompagnée des sensations de sécurité et de confiance…

Les personnes qui acceptent ce qui pourrait sembler être un paradoxe « adopter ou pas ses parents » se sentent libérées de l’obligation jamais satisfaite d’être enfin l’enfant idéal.

Pas d’enfant idéal, pas de parent idéal, juste des rendez-vous partagés ou pas.

Nadjejda Tretiakoff.

En illustration, la photo de Rosette, nébuleuse pouponnière d’étoiles…

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Parole de Chamane

Dans un village ordinaire où vivait une population ordinaire, une situation ordinaire nécessitait une intervention extraordinaire…

Depuis des mois et des mois, aucune goutte de pluie n’avait été accordée par le Ciel à cette terre ordinaire…

La population avait pourtant eu recours, selon ses croyances, à tout ce qu’elle connaissait afin de remédier à une telle catastrophe : pas de pluie ; pas de récolte. Pas de récolte ; pas de nourriture. Pas de nourriture ; pas de vie.

La peur avait gagné le cœur des hommes, des femmes et commençait à s’insinuer dans le cœur des enfants.

Le chef avait ordonné, du haut de son savoir de chef, des diètes à n’en plus finir afin que les sacrifices imposés au corps puissent toucher l’âme du Ciel. Manger, boire et même respirer étaient sous contrôle du chef. Avoir faim, ne pas dormir pour rester éveillé, se mettre volontairement en insécurité devaient attendrir le Ciel…Mais il n’en fût rien. Chacun commença à envier l’autre de la bouffée d’air qu’il s’était autorisée. L’agressivité devenait le lien visible entre tous. Le chef déversa ses théories dans de grands discours que personne ne comprenait mais chacun acquiesçait ; avoir l’air intelligent pouvait, peut-être, donner du sens à la catastrophe. L’individualisme menait ces gens à leur destruction alors le chef ordonna la concorde générale…Un pour tous et tous pour un : la survie de ce clan en dépendait.

Les diètes, les sacrifices, les retenues d’émotion ne changeaient rien : toujours pas une goutte de pluie.

Le chef modifia son approche…il ordonna des orgies, le plaisir sans complexe en espérant que les dieux qui pratiquaient et entretenaient cette énergie débridée auraient un petit remerciement en retour sous forme de pluie…Rien.

On se mit à prier tous les dieux disponibles, à appeler très fort des phénomènes paranormaux. La sorcellerie, pourtant jusqu’alors réprimandée, fût nommée par le chef ressource première de guérison…

Les lois du Grand Tout devinrent une nouvelle religion !

Le chef n’avait plus d’idée, plus de force. Son pouvoir était remis en question.

Par désespoir, il accepta d’appeler le Faiseur de pluie.

Ce personnage était précédé de sa réputation : après son passage, plus rien n’était comme avant.

Un message urgent fût déposé au creux d’un arbre millénaire trônant au sommet d’une colline ensoleillée. Le Faiseur de pluie connaissait les mystères de la Vie et de la Mort. Il reçut la demande avec humilité mais posa ses conditions : il exigeait d’habiter seul une hutte très éloignée du village. Il exigeait qu’aucun contact ne s’établisse avec lui. Il confectionnerait lui-même ses repas. Il ne voulait ni voir ni entendre personne.

Les exigences semblèrent bien anecdotiques au chef et même un peu simplistes pour un homme avec une telle réputation. Son pouvoir de chef n’était pas en danger.

Personne ne sût à quel moment cet homme vénérable arriva à bonne distance du village…Mais un jour la pluie fût libérée du Ciel…Les cris de joie en remerciements résonnèrent dans tout le pays.

Une jeune femme, malgré les exigences du Faiseur de pluie, voulût le remercier de toute la beauté de son âme. Elle courût à la petite hutte dont elle trouva la porte grande ouverte. Un seul chemin permettait de partir du village. Elle courût aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Au loin, elle aperçut l’homme et l’appela de toutes ses forces. Il se retourna et lui fit signe de stopper sa course.

Elle lui cria sa gratitude.

Le Faiseur de pluie s’exprima tout bas mais étonnamment, la jeune femme entendit chaque mot au creux de son oreille : « Je ne suis pour rien dans cette pluie lâchée par le Ciel. Le seul traitement au malheur était l’éloignement d’une seule personne au cœur pur, libre de recréer par elle-même l’abondance proposée par les étoiles et désirant de tout son Amour vivre en respect de ses esprits alliés ».

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Cercle chamanique aux tambours

La tradition chamanique millénaire perdure, se renouvelle sans cesse et s’applique,
aujourd’hui, aux traumatismes d’une vie moderne et à leurs conséquences.
Notre proposition, dans ce groupe aux tambours, est de nous reconnecter aux trois
mondes chamaniques ; le monde d’en bas, le monde du milieu et le monde d’en haut,
afin d’y retrouver les ressources alliées spécifiques à l’être unique et merveilleux que
nous sommes. Il s’agit d’honorer la nature en nous, dans toutes ses dimensions ;
minérale, végétale, animale, humaine et spirituelle.
Les voyages au son des tambours sont vécus dans le plus grand respect de la
confidentialité et nous apportent les outils et rituels disponibles à notre
transformation.
Nous sommes tous deux formés à l’enseignement de la FSS de Michael Harner,
anthropologue américain. Ses recherches scientifiques l’ont amené à créer une
Université des techniques et traditions chamaniques où est partagé un chamanisme
moderne depuis 1979.
La Foundation for Shamanic Studies enseigne aux femmes et aux hommes, la Voie du
chamane par l’expérience des voyages dans le monde inférieur et l’harmonisation avec
la réalité ordinaire.
POUR QUI ?
Un groupe de huit participants au maximum, femmes et hommes, majeurs.
QUAND ?
Le mercredi de 19h30 à 21h30.
OÚ ?
Espace Santé Chrysalide : Mas Roca 2 rue Jordi Carbonell i Tries (Perpignan)
TARIFS
40€ la séance réservation nécessaire, places limitées : 06 88 75 97 72
ANIMATEURS AUX TAMBOURS
Nadja Tretiakoff et Philippe Lafargue, nous sommes psycho analystes.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

À qui profite le drame du diagnostic de dysphorie de genre ?

Les mots communiquent avec notre inconscient. La musique des lettres, des syllabes est le métalangage d’une partie de nous qui se reconnaît, s’ancre et évolue afin de nous éviter un chemin de vie en errance.

L’inconscient existe à travers les sonorités et les images, qu’il traduit en symboles.

Un univers irrationnel se met à notre disposition afin que nos failles deviennent des dons : la vie vient nous chercher dans nos vulnérabilités. C’est ainsi que nous prenons possession de ce que nous sommes : des êtres en perpétuelle transformation.

Tenter d’éviter ce travail est une illusion qui nous conduit à la perte de notre essence, à une petite mort dans un enfermement, séparés de la réalité globale du monde qui nous entoure.

Les mots sont des portes vers notre âme !

Un mot nous invite toutes et tous à cette aventure terrestre : notre prénom.

Chaque lettre dont il est composé est riche d’une histoire au-delà de l’espace et du temps. Chaque son nous relie à notre nature profonde : aucun de nous n’est là pour son petit bonheur personnel car nous sommes tous en interaction depuis le Grand Avant jusqu’au Grand Après. (Je vous invite à regarder la dernière merveille des studios Pixar : « SOUL »). La manifestation de notre Être sur le plan terrestre participe à l’Inconscient Collectif cher à Carl Gustav JUNG.

Le plus souvent, le prénom donné à un enfant a été choisi par la mère afin de combler le besoin d’un lien particulier. Consciemment ou non, la mère crée ou pas, le passage de son enfant vers le monde. Ce prénom s’inscrit dans la matière, les cellules, et commence à faire résonner l’histoire en devenir, les prises de conscience symboliques et ainsi, une participation active à une histoire commune ; celle de la famille, de la culture…Notre prénom représente notre responsabilité dans la grande aventure collective.

Après ce préambule, voici où le drame se joue…

« Selon les pays, sur une période de dix à quinze ans…un sentiment d’inadéquation entre le sexe de naissance et le ressenti, a augmenté de 1000 à 4000%… ». « La différence anatomique (et génétique) entre les sexes semble être un obstacle majeur à un épanouissement supposé ; s’en affranchir serait libérateur ». « Le prénom donné par les parents à la naissance – un rituel qui revêt une importance symbolique irréfragable puisqu’il fait entrer l’enfant dans l’histoire de sa famille et dans la communauté des humains – est considéré comme un dead name littéralement nom mort ou morinom ».

« La majorité des enfants qui interrogent leur identité sexuée ne persisteront pas dans leur demande de transformation après la puberté (85% d’entre eux) ».

« Prendre un fantasme pour un désir et, de plus, faire croire qu’il est réalisable est une source de confusion et non de réassurance. Dit-on à un garçon qui veut épouser sa maman (ou à une fille, son papa) que son désir peut se réaliser ? ».

« En quoi la croyance d’un homme qu’il est une femme emprisonnée dans un corps d’homme diffère-t-elle des sentiments d’une patiente atteinte d’anorexie qui se voit obèse ? Pourtant on ne traite pas le trouble de cette patiente par une liposuccion. Alors pourquoi amputer les patients souffrant de dysphorie de genre de leurs organes génitaux ? ». (« La fabrique de l’enfant transgenre » de Caroline ELIACHEFF et Céline MASSON aux Éditions de l’Observatoire).

Changer de prénom pour changer d’identité sexuelle ne suffira pas. Les mal-être, maux, malaises, mal-à-dire ont un sens propre à chacun. Accompagner celles et ceux qui en souffre dans la compréhension d’une bio-logique de l’inconscient qui a besoin d’être portée à la conscience par la parole et non systématiquement par le bistouri, est un véritable cheminement de patience. Un dysfonctionnement est l’expression d’un conflit intérieur. Une ablation précoce sur un enfant de 8 ans est un bâillon posé sur un cri…le hurlement reste en attente !

Est-ce qu’il faut continuer à scinder le physique et le psychisme ?

La santé globale est transmissible par la bienveillance…

Nadjejda Tretiakoff.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT…

La personnalité paranoïaque ou le dernier recours avant la désintégration.

Le mot paranoïa vient du grec « pensée à côté » et se rapproche du latin dé-lirer : être hors du chemin. Pourtant la pensée paranoïaque est très logique. Le paranoïaque est difficile à supporter, outrancier et provocateur. Ses attitudes, son regard, son agressivité ont pourtant été utiles à la société en termes de cohésion. La description proposée par le DSM 5 et la CIM 10 est la suivante :

1. Soupçonne sans base suffisante, que les autres l’exploitent, lui font du tort, le trompent 

2. Est préoccupé par des doutes injustifiés concernant la loyauté ou la fiabilité de ses amis ou associés 

3. Est réticent à se confier aux autres par peur non justifiée que les informations données puissent être utilisées avec malveillance contre lui

4. Voit des significations cachées, déshonorantes ou menaçantes derrière des remarques ou des évènements bénins

5. Est perpétuellement rancunier, n’oublie ni les insultes ni les offenses 

6. Ressent des attaques contre sa personne ou sa réputation n’apparaissant pas aux autres et est prompt à réagir avec colère ou à contrattaquer 

7. A des soupçons de manière récurrente sans que cela soit justifié vis-à-vis de la fidélité de son époux(se) ou partenaire. 

Cette personnalité ne demande pas d’aide car elle se perçoit comme n’en ayant pas besoin. Ce n’est pas sa pensée qui serait illogique mais ce sont les bases qui reposent sur des soupçons injustifiés. Le paranoïaque connait la vérité et refuse le doute. Tout ce qui vient à l’encontre de son raisonnement est perçu comme une attaque venant d’un ennemi. Il est certain de ses convictions et se méfie de tous. Un leader paranoïaque est utile dans un moment de perte des repères et de tension généralisée car il s’impose avec des certitudes et une cohérence inébranlables.

L’autre c’est l’ennemi, le coupable-responsable-traître est tout trouvé ! Les théories du complot viennent renforcer son discours et il s’offre comme unique solution contre la désintégration du groupe. Il transmet sa vérité et trouve l’ennemi. C’est une simple question de survie !

Un grand merci à la PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE pour cet éclairage de l’actualité…Le paranoïaque nous fait du mal pour notre plus grand bien !!!!!!!

Calme-toi Vladimir…

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Petit traité de manipulation

Ce livre * date de 1987…à l’époque, en le lisant j’ai été horrifiée du pouvoir destructeur dont chacun d’entre nous dispose à son encontre comme aux dépens de l’autre…

Aujourd’hui, cette lecture me revient en tête après le visionnage de la série Arte « La corde ». Excellente description du mécanisme de manipulation où chaque protagoniste « scientifique » laisse émerger malgré elle/lui, les affres de l’humain qui refuse de s’être trompé et persiste, parfois jusqu’à la mort, dans un raisonnement absurde.

Les auteurs du livre, Jean-Léon Beauvois et Robert-Vincent Joule, décrivent leur étude ainsi : « Sans doute vous arrive-t-il fréquemment de vouloir obtenir quelque chose d’autrui…Comment vous y prenez-vous ? Vous pouvez exercer votre pouvoir mais encore faut-il que vous en ayez. Vous pouvez convaincre, mais encore faut-il que vous soyez doué pour la persuasion. Vous pouvez aussi manipuler et cela ne demande que l’apprentissage de certaines techniques ».

Les auteurs ont pensé que les honnêtes gens devaient savoir, puisqu’ils sont peut-être de potentiels manipulateurs et à coup sûr de potentiels manipulés…

Je pose ces questions…jusqu’où faut-il aller pour admettre qu’on se trompe ?

D’où vient cette force de manipulation à l’intérieur de l’être humain qui le déconnecte de la réalité pour encourager une toute puissance virtuelle ?

Est-ce l’enfant en nous qui réclame vengeance ?

Nous avons à retrouver deux droits essentiels : le droit de se tromper et le droit de changer d’avis.

Nadjejda Tretiakoff.

* “Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens”

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Ci-git Sisyphe

Aliénée par ta loi, j’étouffe ici-bas,

Gorgée jusqu’au plein de vie, je tournoie,

La lumière m’aspire, où est passée ma foi,

En silence je m’efface, je me le dois.

L’autre côté m’appelle, langoureux pour moi,

Cercles en expansion infinie, c’est bien ça,

Le plus habilement rien et pourquoi pas,

Invisibles mondes à portée de mes pas.

Sisyphe offre-toi pour que ton point final

Devienne éternité dispersée en étoiles,

Atlante en mémoire enfin je me dévoile,

La mort est une naissance à la source initiale.

Nadjejda Tretiakoff.

L’infinie liberté de l’Être voyage incognito dans l’éternité…l’Approche Quantique du REL nous emporte dans ce voyage où rêve et tradition chamanique dansent ensemble…

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Sucre ou cannabis ?

Vous reprendrez bien un peu de sucre ou de cannabis ?

Voici la petite histoire cachée de nos premières addictions…

Au tout début était l’ovule fécondé par le spermatozoïde…l’œuf ainsi créé, après 6 jours d’un voyage dans l’espace intersidéral de la trompe, amorce son atterrissage dans la paroi de l’utérus…

Au 7e jour…un accord inclusif teinté d’amour permet à l’œuf de s’implanter et de commencer son aventure humaine… (ou pas et ça s’appellera une fausse couche).

Les échanges qui ont influencé l’accord sont endogènes et émanent de deux sources différentes :

~la 1ére est un neurotransmetteur cannabinoïde, version humaine du THC.  La molécule du plaisir (ananda qui vient du Sanscrit plaisir) l’anandamide est un endocannabinoïde produit par le cerveau de la mère impliqué dans la motivation, la douleur, la mémoire, l’appétit, l’humeur. Cette molécule contient la mémoire de l’accord entre la mère et l’enfant dont la résonance en mots serait, de la part de l’enfant « J’ai demandé à venir » « Je désire rentrer dans la réalité » « Je décide » … bref un « OUI je désire devenir Humain ».

~ la seconde se trouve dans la paroi même de l’utérus et c’est du glycogène, du sucre. La résonance, cette fois, serait de la part de la mère « Viens je t’accueille » « Je te protège de tout danger ». La première mémoire de l’amour se joue ici.

Dans un raccourci chimique, au 7e jour nous tombons dans un nid de cannabis sucré ! À peine l’accord conclu, ces petits arrangements seront oubliés.

Dans les expériences de vie à venir, pour retrouver ce qui nous avait donné envie d’être ici, nous nous perdrons avec des ersatz exogènes, des leurres addictifs nous laissant dans un manque abyssal d’amour.

Dans mon expérience professionnelle, je retrouve à la période de l’adolescence, cette compulsion de cannabis plutôt chez les garçons, et chez les filles, plutôt celle du sucre. Malheureusement, cette compulsion se poursuit à l’âge adulte…

Rien d’extérieur ne nous apportera sécurité et amour dans la plénitude. Oser être soi dépend de notre capacité à nous passer du sucre et l’autonomie s’acquiert par le passage de l’illusion d’un faux idéal de soi ( le cannabis) à la valorisation d’un Soi Idéal.

Ni le cannabis ni les petits gâteaux ne combleront ce désir profond d’être créateur de notre vie.

L’Approche Quantique du REL réactualise le voyage des 6 jours et l’implantation dans l’Humain en Conscience des pouvoirs illimités de création de notre vie depuis le 7e jour !

Nadjejda Tretiakoff.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

“Comment saurais-tu ce qui est sur le sommet du ciel, lorsque tu ne sais pas même qui se trouve dans ta maison.”

Je remercie Saadi, immense poète persan du 13e siècle, pour ses vers sublimes. Écrits dans le LIVRE PREMIER ” Sur les avantages du silence “, ils accompagnent mon travail dans la relation patient-thérapeute.

L’Approche Quantique du Rêve Éveillé Libre se relie au cœur car le cœur est intelligent, relié à la Vie et en demande de changement à chaque pulsation.

Pour Georges Romey « L’intelligence du cœur traduit la perception subtile qui relie l’homme à son semblable, à son environnement proche, à l’univers et à la nature divine ».

Et pour Luc Bigé « Le cœur sait s’engager personnellement et totalement dans le Tout pour s’ouvrir à plus grand que soi et entrer dans le partage ».

L’Approche Quantique du REL nous invite à devenir créateur de notre Vie en utilisant le rêve : « La mise en mouvement de la Vie dans la personne afin de renouveler le dynamisme de l’être en le reconnectant à l’univers intime qui le fonde ».

Tout devient possible, c’est comme ça !

Nadjejda Tretiakoff.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)