Film documentaire ” Est-ce que votre rêve vous a trouvé?”

Alain Victor, habituellement derrière l’objectif, à l’affût du Vivant, impressionné par la nature sauvage, est passé devant l’objectif pour partager ses émotions.

Boucle d’Or, l’Ours et le Loup en sont les témoins.

Ça tourne pour la Journée Mondiale du rêve…des personnes inspirantes…

Vos serviteurs du Rêve : Quêtes Quantiques et Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Ça tourne dans les Pyrénées Orientales

Un rêve dans son cœur a mené très tôt Raphaël QUARETTI vers SON instrument parmi tous les autres.

Raphaël exprime une relation intime avec sa contrebasse et aussi la joie du partage avec le public.

La réalisation d’un rêve n’attend pas le nombre des années…Raphaël a 18 ans.

Le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris guide Raphaël vers son prochain rêve…soliste…

Raphaël est une personne inspirante à découvrir dans notre film documentaire ” Est-ce que votre rêve vous a trouvé ? “

Nous voici au 3e jour du tournage…Projection nationale le 25 septembre pour la Journée Mondiale du Rêve…

À la réalisation, vos serviteurs du rêve : Quêtes Quantiques et Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Film documentaire…Est-ce que votre rêve vous a trouvé?

« Est-ce que votre rêve vous a trouvé ? »

Tournage en cours…

Deux interviews de personnes inspirantes…

Elisa AKPA, championne internationale de rugby à XIII, athlète exceptionnelle au grand cœur…

Loann FAURE, étudiant et fervent défenseur de l’environnement…

Le film documentaire prend vie et sera présenté dans son intégralité pour célébrer La Journée Mondiale du Rêve le 25 septembre 2024.

D’autres merveilleuses rencontres à venir, d’autres merveilleuses personnes inspirantes…

À la réalisation, vos serviteurs du Rêve : Quêtes Quantiques et Nadjejda TRETIAKOFF.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Le Vide versus le “trop” Plein versus le Danger

Entrer dans le vide c’est se rencontrer, aller à la découverte de son monde intérieur. Et pourtant la Nature aurait peur du vide…la Nature ou bien notre interprétation du Vivant ?

« Si vous voulez trouver les secrets de l’Univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence, d’information et de vibration ». (Nikola Tesla)

Nous voici bien loin de l’interprétation commune du Vide ! Les atomes sont constitués de vide à plus de 99,9%…vertigineux…

Alors aurions-nous peur du Vide ou de 0,1% de matière à laquelle nous donnons le pouvoir d’être la réalité absolue ?

Dans le Vide, il y a l’Intelligence du Vivant. Cette intelligence a laissé émerger, il y a 13,8 milliards d’années, ce fameux Bing Bang. Le Tout émane du Vide ! Et dans ce Vide, il y a tant que nous ne voyons pas…

C’est peut-être la raison pour laquelle nous basculons avec avidité dans le « trop » Plein. Par peur de l’idée que nous nous faisons du Vide…

Pour notre malheur, ce sont nos addictions qui remplissent nos vies : « a » pour supprimer, « diction » ce que nous avons à exprimer d’essentiel, c’est-à-dire notre Être profond. Quelles soient substances, comportements, croyances, idées…ces addictions nous gavent le foie…la foi en nous : le Feu énergie, le O totalité et autonomie originelles, le I qui met en relation l’esprit et la matière. Nous partons à l’abattoir, la manipulation de masse jusqu’à l’oubli de la Vie.

Étonnamment, il n’y a pas de danger à laisser l’ANge que G, j’ai, en deDANs vivre dans la joie. L’Ange en nous est représentatif de notre énergie de Création appelée à être mutualisée, partagée à l’infini, inconditionnellement…

Le « trop » Plein étouffe l’appel au changement, aux nouveaux choix en Conscience.

« L’intégralité du cosmos regorge de Conscience. Nous sommes entourés, immergés dans la Conscience. Elle est dans l’air que nous respirons, le sol que nous foulons, les bactéries qui colonisent nos intestins, et le cerveau qui nous permet de penser ». (Christof Koch)

Vive le Vide d’où émerge la Conscience !

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Conflit versus Toute-puissance versus Folie

Ce serait rassurant de pouvoir observer les conflits armés à travers le monde comme étant ponctuels ou réservés à certains pays, certaines dictatures…ailleurs et si possible, loin.

Je ne débattrais pas géo-politique, je n’en ai pas les compétences…Je reste sur le terrain psy, là c’est mon domaine.

Pour simplifier ma proposition, je laisse la Langue des Oiseaux chanter avec le mot « conflit » : con (avec) f (le feu) au lit. Nous sommes le fruit des feux de l’amour. Nous devons notre origine duelle à un ovule et à un spermatozoïde. Au plus essentiel de nous, deux créent un troisième ; l’humain. De deux couches ; l’endoderme et l’ectoderme, émane le mésoderme, le début de l’embryogénèse, de « nous ».

Depuis le tout début de « nous », ce qui est différent n’est pas une anomalie, une menace à neutraliser, à exterminer. L’Autre est une sagesse cachée, une richesse venue du chaos. En oubliant cette réalité, l’humain cherche à unifier sa multiplicité par l’absurde : maintenir à grand renfort de violence, un contre-pouvoir à l’abri du Mal.

Car c’est pour rester du bon côté, une idée du Bien, que l’humain entre en conflit avec l’Autre, c’est-à-dire avec lui-même. C’est pour se débarrasser de sa culpabilité que l’humain brandit sa vérité comme justification au conflit. Dans une quête d’auto-exigence de formatage, d’idéal, l’humain prophétise un modèle de refoulement du désir dont il s’exclut lui-même.

Au plus profond de « nous », le conflit n’est pas une contradiction à contrôler mais est consubstantiel à l’humain. Il n’y a pas de sens à donner au conflit, un sens qui permettrait de le résoudre une bonne fois pour toutes.

J’en arrive à la Toute-puissance…mécanisme de défense de la petite enfance mettant « en dehors » l’Autre, qui à ce stade de notre développement représente la différence, l’inconnu, la peur. La constitution de la personnalité permet d’aller, peu à peu, à la rencontre de cet Autre et la Toute-puissance est un passage nécessaire à notre narcissisation. Lorsque les choses se passent bien… cette étape mène à la distinction entre le réel et l’imaginaire. La personne se construit peu à peu et accueille l’Autre comme étant une partie d’elle-même. Son identité, « qui je suis » se consolide.

Lorsque les choses se passent moins bien, l’illusion d’une perfection à atteindre exclut l’Autre, aucune évolution de soi-même ne trouve d’espace. Un décalage par rapport à la réalité rend l’Autre un insupportable objet qu’il faudrait posséder pour mieux le contrôler. Mais pas seulement, l’Autre est devenu le support des projections du pire de soi-même et pour ne pas arriver à se suicider, il faut exterminer l’Autre…

Pourquoi nous est-il si difficile de recevoir le regard de l’Autre sans y voir un jugement, une faille dans notre Toute-puissance ?

Je termine par la folie…langue des Oiseaux ; le faux qui lie…

Je dépose ici mon regard amusé sur le développement personnel qui propose de mieux se connaître…et qui finit par nous rendre très, très, très…personnels.

Il n’y aura de changement dans nos comportements conflictuels que lorsque le « ou » cèdera la place au « et ». Nous sommes la somme de nos conflits. Nos contradictions nous invitent à accueillir l’Autre comme nous-même. L’Autre est notre devenir.

Un souvenir…j’ai dix ans et je découvre émerveillée, lors d’un cours de maths, que « le Tout est plus grand que la somme des parties. Le Tout est composé des parties lesquelles appartiennent au Tout. Le Tout est équivalent à la somme des parties et celles-ci ont mes mêmes propriétés que lui ».

Le Tout a besoin de chacune, chacun d’entre-nous et nous avons besoin du Tout si nous voulons vivre notre demain. Et ceci me met en JOIE (lire mon précédent post 😉)

Nadjejda Tretiakoff.

*le rêve, logogramme japonais, en illustration.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)