Into the Wild

L’histoire vraie de Christopher McCandless est celle d’un enfant ” naturel “, (illégitime car né hors mariage) qui veut se perdre aux fins fonds de la nature pour se trouver… Cette nature va l’empoisonner et il y trouvera la mort.

L’attitude du père de familles (car il navigue sans vergogne entre deux familles à coups de mensonges et de violence) détermine la construction ” sans père ” finalement d’un homme ” sans racines “.

Les souffrances sont réelles pour un homme qui grandit aux côté d’un père violent. Dans cette histoire, le positionnement dans la lignée du père finit par être rejeté et seule la mort pourra l’en dégager.

Film écrit et réalisé par Sean Penn d’après l’œuvre de Jon Krakauer.

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

A Dangerous Method

Le triangle infernal.

Freud et Jung… comment deux expérienceurs de la psyché ayant subi l’inceste dans leur enfance ont été soumis, tôt ou tard, aux répercussions de ce traumatisme sexuel… ?

Aujourd’hui, il n’est plus possible de cacher l’inceste que Freud a vécu, imposé par son père. Dans une lettre à Wilhem Fliess datée du 8 février 1897, Freud fait état de « la fellation forcée qui provoque des symptômes chez ceux qui l’ont subie…malheureusement, mon propre père a été l’un de ces pervers et a été responsable de l’hystérie de mon frère et de celle de quelques-unes de mes plus jeunes sœurs ». Freud, coincé dans sa propre analyse où remettre en cause ses parents était refoulé, écrira bien plus tard douter que lui-même n’ait pas, comme ses frères et sœurs, subi l’inceste du père.

Dans « Correspondance », Jung livre à Freud qu’un acte similaire a été commis à son encontre par un responsable religieux et nombres de ces oncles étaient des pasteurs.

Freud et Jung étaient habités par la même terreur de devenir eux-mêmes abuseurs.

En aparté, ici, je rappelle aux thérapeutes qu’ils sont les représentants des images parentales, quelle que soit la technique utilisée. Cela signifie, en clair, qu’il leur est impossible d’entretenir une relation amoureuse ou sexuelle avec un patient, au risque de se trouver dans la position du parent incestueux.

Jung a, à mon sens, transgressé ce principe avec Sabina Spielrein. Jung était un abuseur dans cette relation. Le déni de l’adulte psychanalyste a laissé l’enfant victime en lui, revivre le traumatisme sexuel.

Freud décèdera dans une grande souffrance, d’un cancer de la mâchoire. On peut y déceler si l’on est adepte du décodage biologique, un symptôme d’une fellation forcée.

Dans ce film de David Cronenberg, la rivalité des deux hommes est abordée autour d’une femme mais c’est sous l’angle du triangle infernal…le parent, l’enfant et la sexualité que je perçois leur terreur d’enfant de répéter ce qu’ils ont vécu.

Nadjejda Tretiakoff.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Avant de partir pour le Grand Après…

Quelques années avant “ SOUL ” de Pixar, le cinéma nous interpelait sur le sens à donner à notre vie tant que nous pouvons agir et modifier nos comportements, avec ce merveilleux film “ NOSSOLAR “

IL EST URGENT D’ÊTRE VIVANT !

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Perfect Sense

Perfect Sense de David MACKENZIE propose l’expérience de la perte des sens, souvent associée à l’arrêt de la douleur physique et psychique. NE PLUS RIEN SENTIR se propage comme un virus qui frappe tous les pays, toutes les cultures, toutes les religions…

Tout commence par l’odorat…indispensable à la réminiscence des souvenirs, du vécu intime des premiers moments de vie, des premiers contacts…Puis le goût disparaît, le goût de la vie…L’insipide n’est pas un rempart contre la souffrance mais plutôt annonciateur de la dépression. Suit l’ouïe et même sa propre rage n’est plus entendue. Ne plus vouloir entendre l’autre semble mener à ne plus pouvoir s’entendre soi-même.

Enfin l’humain est privé de sa vue, dernier lien avec le mental…

Les sens seraient-ils des passerelles vers les émotions ?

La fin…à vous de la découvrir !

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

MOTHER

Mother de Darren Aronofsky navigue entre métaphore et horreur.

Au début, tout semble promis au meilleur mais la véritable personnalité du personnage masculin principal se révèle particulièrement narcissique jusqu’à la pathologie.

Mother prise au piège n’aura qu’une seule issue…

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

CLOUD ATLAS

« Cloud Atlas » par les Wachowski, une merveille, dans le top 5 de mes meilleurs films !

« Cloud Atlas » par les Wachowski, une merveille, dans le top 5 de mes meilleurs films !

Là, je me lance dans l’approche quantique de « l’après-vie »…

Qu’y a-t-il après la vie et est-ce que nous laissons des traces après la mort ?

Vie et mort seraient-elles deux réalités en contact l’une de l’autre ?

Est-ce que nos actions et émotions dans la réalité/vie vibreraient dans une réalité/mort et, sous le regard de l’intrication quantique, réciproquement ?

Un continuum d’une forme de conscience nous inviterait-il à une présence en pleine conscience dans nos choix ?

Est-ce que l’âme survit encore et encore ?

C’est une hypothèse proposée par la science quantique ; un lien permanent, indépendamment de la réalité/vie et de la réalité/mort, nous relie les uns aux autres et tous ensemble à une « supralité » invisible…un peu comme les hyphes qui relient les champignons entre eux…

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

TENET

« Tenet », le dernier Christopher Nolan ou l’intrication quantique à couper le souffle et le mental…tout un programme !

Une notion importante lorsque l’on s’intéresse à la science quantique ; l’intrication.

En quelques phrases : merci Einstein, l’espace et le temps sont indissociables…ET leur observation est relative.

Cela signifie que ce qui s’observe dans l’espace est aussi observable dans le temps. 

Notre psychisme capte et traduit les informations dans un continuum passé-présent-futur ET il n’est pas contraint à l’ici EST maintenant. Il se promène en dehors de ce qui n’est plus une ligne et traite les messages passés ou futurs sans jugement. Merci la science quantique.

D’où la petite phrase au début du film : « voici deux balles… l’une avance en marche avant et l’autre en marche arrière…vous ne tirez pas la balle, vous la recevez ».

Voici une illustration de la non-localité ou intrication ; la même balle peut se trouver à deux endroits différents et produire des effets différents.

Christopher Nolan met sa créativité au service du palindrome « tenet » qui se lit dans les deux sens et illustre avec les scènes finales les 10 minutes « ten minutes » partant d’un point et rayonnant d’avant en arrière : ten-net = tenet.

Entropie et néguentropie seront au programme d’un prochain article.

Cet article vous a plu ? Partagez le :)