Mort, Vie…

C’est un peu comme l’oeuf et la poule, qui a été le premier ? 

J’en ai eu assez d’être une poule mouillée et de me prendre la tête avec cette boucle causale. Hier, j’ai pris mon courage à demain pour aujourd’hui participer à ma première réunion de l’ AVA.

Connaissez vous l’ Association des Vivants Anonymes ? C’est une association multi-millénaire comme me l’a expliqué Syl-vie, l’âme soeur qui organise ce groupe de paroles. Me voilà à l’avant avec les derniers venus et je constate que ce n’est pas un petit groupe mais une foule d’individus très divers.

Sans préalable et sans modération, la discussion démarre fort avec le doyen très loin à l’arrière qui nous explique qu’il a tellement fait le mort toute sa vie qu’il est devenu un mort vivant. Sa voisine raconte avoir vécu une grande partie de sa vie les yeux fermés et maintenant elle a peur de les ouvrir et de voir la mort en face. Un autre vacille entre la vie et la mort, comment se coucher tous les soirs et peut-être trouver la mort au petit matin ? Un participant crie “ Je suis mort de faim “ et plusieurs hurlent à l’unison « Nous préférons mourir debout que vivre à genoux ». Un autre ne fait que changer de place car il a la mort aux trousses et il y a même un couple qui trinque au champagne « À la vie, à la mort ». Tout cela dure une éternité dans un bruit assourdissant. 

Soudainement, il y a un vent d’anges qui traverse la salle et fait sa récolte d’âmes perdues. J’en frissonne et je ressens des picotements sur tout mon corps. C’est un rappel à la vie. 

Quelque chose me dit, car, j’aime la vie, de ne pas perdre mon temps avec des pensées inutiles, « Mords la vie à pleine dents et rappelle toi de ne pas rêver ta vie jusqu’à en oublier de la vivre ».

Je regarde Syl-vie et dans son regard, je vois Renée qui est née une seconde fois. Je ne désire pas une double vie, juste une vie à vivre pleinement pour moi. Une vie où j’apprends à éliminer les certitudes pour accepter de savoir que je ne sais jamais…

Ce soir devant ma série préférée « OA », je me rappelle qu’après ma dernière gorgée de Mort subite vous pourrez me mettre en bière ! 

Philippe Lafargue

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Nouvelle âme

Allongée dans les fleurs, là, je n’existe plus.

Le visage dans la terre, tombe à une inconnue.

Les esprits des profondeurs m’appellent, j’y vais nue.

Je reconnais ma matière, argile, que je fus.

Façonnée, sculptée, ciselée, peaufinée,

En une étrange silhouette anamorphosée,

Pour qu’une âme expulsée des entrailles de la Terre,

S’immisce, ondes colorées, je me laisse faire.

Mon cœur offre de bonne grâce l’hospitalité

A cette audacieuse création, ce souffle animé,

Essence de toute vie, en secret, la psyché

Exhalée de l’ombre pour aller danser.

Je suis le passage avant l’élévation,

Je suis le tunnel, le franchissement, le pont,

De l’autre côté, heureux hasard, une conception,

Destin incertain, la bonne fortune en médaillon.

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Le Cantique du Quantique

Cette rubrique ne sera pas un cours de chant…quoi que…je vous propose mes louanges de la science quantique pour curieux. Pas un cours de physique, je laisse ce domaine à des experts. Plutôt une invitation à se laisser emporter par l’Intelligence de la Vie.

Les théories s’effacent devant d’autres théories mais il semble qu’une pulsion de vie époustouflante ait traversé tous les obstacles de façon « magique » pour exprimer une forme d’intelligence créatrice et nous voici sur la planète Terre, particulièrement fertile et prompte à donner naissance à tout ce qui nous entoure, à tout ce que nous sommes.

Cette intelligence maintient cohérence et harmonie en Tout. La Vie passe coûte que coûte.

Et le quantique dans tout ça ?

J’y viens…

Dans l’infiniment petit  (le quantum) nos croyances, nos certitudes, perdent leur pouvoir et leur savoir.

Plus on accueille l’infiniment petit, plus les évènements s’accélèrent et même se produisent « en avance » car la vitesse dans le temps et la vitesse dans l’espace se modulent l’une à l’autre dans une constante. Plus j’accélère dans l’espace, plus le temps s’étire et ralentit. Lorsque je cours pour attraper le bus et y monter, une autre personne assise dans l’abribus et qui attend tranquillement le prochain, aura l’impression que mon temps est plus lent que le sien.

Adieu nos bons vieux repères spatio-temporels !

Le quantum est une particule indivisible et extraordinairement joueuse ! Une partie matérielle, déterministe s’offre à l’observation en même temps que l’autre partie invisible, aléatoire s’offre au « chant » des possibles. Ah, la voilà la chanson !

Cette complémentarité porte le doux nom d’holomatière. 

Nous sommes constitués d’holomatière. TOUT est constitué d’holomatière. C’est là que la science quantique donne du sens à TOUT. Pas le sens rassurant pour le mental, pas le sens qui donne du pouvoir sur l’autre « moi, je sais plus que toi ». Plutôt l’énergie, car le quantum est joyeusement énergétique, l’énergie indispensable à la création mise au service des changements et des choix de vie… et ce sera le thème du prochain « tube » lyrique de cette rubrique…

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

CLOUD ATLAS

« Cloud Atlas » par les Wachowski, une merveille, dans le top 5 de mes meilleurs films !

« Cloud Atlas » par les Wachowski, une merveille, dans le top 5 de mes meilleurs films !

Là, je me lance dans l’approche quantique de « l’après-vie »…

Qu’y a-t-il après la vie et est-ce que nous laissons des traces après la mort ?

Vie et mort seraient-elles deux réalités en contact l’une de l’autre ?

Est-ce que nos actions et émotions dans la réalité/vie vibreraient dans une réalité/mort et, sous le regard de l’intrication quantique, réciproquement ?

Un continuum d’une forme de conscience nous inviterait-il à une présence en pleine conscience dans nos choix ?

Est-ce que l’âme survit encore et encore ?

C’est une hypothèse proposée par la science quantique ; un lien permanent, indépendamment de la réalité/vie et de la réalité/mort, nous relie les uns aux autres et tous ensemble à une « supralité » invisible…un peu comme les hyphes qui relient les champignons entre eux…

Nadjejda Tretiakoff

Cet article vous a plu ? Partagez le :)