Nom, prénom…

Au cours d’une journée, je me surprends à dire très souvent non et pourtant toutes les personnes que je rencontre ne connaissent pas mon nom. Bien sûr, il y a autour de moi des proches qui me connaissent et auxquelles je dis non. 

Ce que je trouve intéressant, c’est la demande de prénom. Quand je dis non, est ce qu’il y a un prérequis intérieur qui attend de partager l’intensité de l’émotion selon le besoin du moment ? Car entre un non coléreux, un non triste, un non peureux, un non joyeux et un nom de famille, il y a là tout un éventail de possibilités.

À vrai dire, avec un peu de résilience et en ne baissant jamais les bras, je peux mobiliser mon élan vital autour de ces émotions et aller de l’avant. Mais, je ne vais pas garder les bras en épouvantail car je ne me vois pas poursuivre mon chemin de vie en étant inconfortable.

Le nom de famille me semble bien difficile à éviter. D’abord, il y a son origine, puis il y a le poids des générations, des secrets, des fantômes, et enfin le passage obligatoire par un ovule et un spermatozoïde. En bref, l’ ADN, appelé gé-nom-e, c’est le vivant de l’Être.

Dans les réunions de famille, il y a vraiment beaucoup de monde. Je ne sais jamais quelle partie de moi veut être là ou laquelle veut fuir. La tempête familiale prend naissance dans certaines circonstances et peut évoluer en dépression. Ces jours là, je pratique l’effet de distanciation qui me permet de me dissocier de mon personnage et d’obtenir de ma famille un regard conciliant. Tout se joue autour de mon prénom, choix de mes parents et de mes ancêtres en toile de fond. Ils tentent d’assembler tout un tas d’émotions pour continuer l’empreinte transgénérationelle et réveiller les souvenirs quels qu’ils soient. 

Je connais la valeur de ces empreintes et moi qui aime les chevaux, je ne veux pas me trouver sous le sabot du cheval ! Peut être que je cherche l’inconnu dans ma quête de connaissance… La connaissance de mes propres besoins pour cesser de m’occuper de ceux des autres.

Alors dans tout ça, je dois m’interroger avant de poser mon prochain acte. En fait, quelle est la valeur de mon oui si je ne sais pas dire non … ?

Philippe Lafargue

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

En principe…

Ce matin, j’ai parcouru le monde en noir et blanc. J’ai feuilleté un quotidien et après les informations que j’ai lues, il me reste sur le bout des doigts une odeur nauséabonde et des tâches d’encre. 

Pourtant, je m’étais bien installé au soleil avec mon petit café et ma tartine et j’avais décidé de démarrer la journée avec du plaisir.

J’ai des principes dans la vie et surtout deux qui me préoccupent. Le premier, le plaisir qui est pour moi le plus complexe. 

Mon café et ma tartine étaient bons parce que je les désirais… Pour le reste, je n’ai plus qu’à me laver les mains.

Ce qui m’amène au second, le principe de réalité. Je doute que le plaisir et la réalité se tiennent souvent la main comme deux amoureux. En fait, je ne suis pas sûr de savoir qui est le protagoniste et l’antagoniste et je pense qu’ils se nourrissent l’un de l’autre en permanence.

Il faut dire que la réalité devient une série à multiples épisodes avec tous ses « Fais pas ci, fais pas ça ». Et puis qui a écrit ce scénario ? J’en ai assez de passer des auditions.

Pour moi, l’époque du moi réel et du moi virtuel est révolue… J’abats la cloison. Bienvenue dans la réalité virtuelle !

Et comme l’union fait la force, le brassage, même sans levure, crée une réalité augmentée.

C’est super, je fais ce que je veux et quand je veux. Retour vers le plaisir… C’est moi avec moi, uniquement.

Je recommence à zéro. Sur mon smartphone, je commande café et croissant, sans contact. Je lis une douzaine de titres en ligne et je suis à jour du monde extérieur. J’immerge mon être dans un jeu video pour booster mon énergie. Ensuite je m’habille virtuellement et je fais un peu de décoration intérieure. En même temps, j’ai déjà communiqué et partagé des likes via les réseaux sociaux avec tous mes amis par centaines, c’est ma nouvelle grande famille.

Cette famille virtuelle m’a accueilli posts ouverts. Avec elle, fini les soucis transgénérationnels, les dîners et vacances en famille, maintenant y’a que du moi.

Pendant que je baigne dans le plaisir, quelqu’un sonne à la porte. Mon application infosphère géolocalise ce qui se présente. 

J’ouvre et je vois sur mon tapis de palier où est écrit « ne pas déranger », mon café et mon croissant et surtout je m’aperçois que je suis dans mon plus simple appareil. 

C’est vraiment étrange la réalité virtuelle. 

Je ne sais plus si la réalité existe quand elle est sans effet dans le présent. Peut être que le virtuel en fait une réalité par son potentiel.

Ma Fake News Alert me signale que je ne suis plus lucide avec mes rêves !!!

Philippe Lafargue

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

La route du Soi

Assis devant une mappemonde, je décide de faire le point sur ma route du Soi et j’espère que ça ne va pas me prendre des Moi. 

C’est mon autoroute à moi. J’ai ressorti ma boussole pour trouver le nord et chercher quelques re-pères sur mon chemin. Je me remémore des escapades dans le temps. Il faut dire que j’ai des difficultés avec le tout début. Neuf mois dans le noir, dans le ventre de ma mère, une obscurité totale où je faisais partie de l’univers. Et pourtant, je dois m’en tenir aux fameuses histoires de famille. Cette lumière qui m’aide à voir et percevoir ce qui m’entoure avec une certaine limitation. 

Je le sais, en tant qu’enfant je ne percevais pas le monde, j’étais le monde ; j’étais hors espace-temps, hier, aujourd’hui et demain étaient identiques. Je savais tout mais je ne savais pas ce que je savais.

Que s’est il passé et où me suis-je perdu ? 

Peut être trop d’erre de repos sur ma route et je me suis laissé emporter par le temps. Avec mon surmoi en télétravail, je suis devenu un décorateur acharné à la poursuite d’un monde parfait, une vie meilleure entourée d’une famille idéale débordant d’amour.

Je suis tombé dans le piège de l’et-moi illusionniste du monde virtuel tissé de réseaux sociaux qui m’éloigne de mon monde réel.

J’ai simplement oublié que pour être ce que l’on est, il faut d’abord être ce que l’on n’était pas.

J’ai besoin d’accéder à mon être universel, à mon appartenance au Tout, faire émerger mon Être véritable.

J’ai atteint un paix-âge. Ça alors ! il me faut une pièce d’identité. Heureusement, j’en ai une surmoi. Je regarde à coté de moi l’invisible qui projette un calme imperturbable sur ma véritable nature, loin des pensées subies et automatiques. Je ressens que c’est le calme mental, le total lâcher-prise. 

J’hésite et puis je m’autorise, j’enlève le masque, je traverse et maintenant face à moi sur un par-chemin est écrit en grand :

On a toujours besoin d’un petit moi chez Soi 

Philippe Lafargue

Cet article vous a plu ? Partagez le :)

Attendre

Il est urgent de ne rien faire ou bien il est urgent d’attendre.

En résumé, je ne fais rien en attendant. 

Je suis devenu un adepte de ces citations mais ne rien faire est impossible. J’ai besoin d’accueillir ce qui m’entoure et d’ entrer en résonance avec mes ressentis. 

L’autre jour, j’ai observé un jeu entre mon enfant intérieur et l’adulte que je suis. Il avait été décidé, à mon insu mais avec mon entière coopération, que ce jour serait divisé en deux. Chacun avait droit à douze heures pour faire ce qu’il voulait : à chacun son coté et sa moitié. Je pense que le but final était pour l’un d’eux, de cumuler le plus grand nombre d’heures quel qu’en soit le prix, et pour l’autre, à la recherche de preuves, d’en subir les épreuves.

Une journée de lutte, de déception et d’inachèvement. Me voici éprouvé par une grande fatigue. C’est après cette journée que j’ai compris qu’il est très acceptable et même recommandé de pratiquer la citation : il est urgent d’attendre. 

Quand mon enfant intérieur n’est pas en phase avec l’adulte en moi qui ne veut pas communiquer avec lui, ça devient le grand bazar. Chacun fait ce qu’il veut. Là, je souffre et plus je souffre plus je force.

Se faire du mal pour se faire du bien ou bien aimer se faire souffrir… Voici deux croyances auxquelles je n’adhère plus et pourtant, c’est tellement facile !

L’âme a dit, « Je te félicite pour ces observations, reste attentif à la relation entre ton enfant intérieur et toi, l’adulte. Comme tu as pu le constater, il est facile d’obéir à la souffrance et d’identifier un faux coupable. Mal-heureuse-ment, celle-ci te contrôlera et te gardera sur le même chemin. »

Ce que j’apprécie avant tout avec mon âme, c’est sa modestie et sa pédagogie silencieuse. Son silence me murmure sans cesse des solutions. Elle m’accorde le temps d’apprendre et d’évoluer à mon rythme.

Il y a pourtant quelques rappels à l’ordre avec la mal-a-die : je souffre donc je suis. Ce genre de bavardage, je le négocie très vite et même je l’évite avec hâte…

Philippe Lafargue

Cet article vous a plu ? Partagez le :)